Réponses des candidat.e.s aux questions de l’Association communautaire de Sarsfield

Introduction

Yvette Ashiri

Je m’appelle Yvette Ashiri. Je me présente aux élections partielles dans le quartier 19 de Cumberland parce que c’est la communauté où ma famille, mon mari et mes deuxfilles vivons depuis plus d’une décennie. Je me présente parce que je comprends les enjeux qui touchent tant les résidents ruraux qu’urbains, francophones et anglophones. Je crois en des communautés qui travaillent ensemble pour créer le changement positif.

Lyse-Pascale Inamuco

Je suis une franco-ontarienne très engagée dans la communauté et j’aime Cumberland. Je suis chez moi à Cumberland. Je suis, entre autres, la directrice du service communautaire au Club Rotary d’Orléans et coprésidente de la Marche des Femmes d’Ottawa. Je suis certaine d’être la voix forte dont le Quartier 19 Cumberland a besoin durant ces moments difficiles et dans le futur. Mon travail de plaidoyer ainsi que mon expérience communautaire me permettent de collaborer avec les trois paliers de gouvernement. Je crée des partenariats, j’ai l’esprit d’équipe et je favorise l’atteinte d’un consensus. C’est exactement pour cela que je suis la candidate la mieux positionnée pour vous représenter.

Catherine Kitts

Si élue, je m’appuierai sur mon éthique de travail ainsi que mes expériences en journalisme et communications afin de rechercher des solutions efficaces, poser des questions difficiles et effectuer des décisions basées sur les faits. Je crois que l’efficacité d’une conseillère municipale dépend de son habileté à communiquer. Il faut posséder l’habileté de communiquer avec les résidents, autres conseillers, membres de groupes communautaires et représentants d’autres niveaux de gouvernement. Mes objectifs, en tant que conseillère municipale, sont d’être proactive, accessible et présente. J’ai grandi au sein de cette communauté et y ai appartenu toute ma vie. En raison de ce vécu dans l’est d’Ottawa, dans la banlieue comme dans les zones rurales, je suis bien placée pour représenter les valeurs du Quartier tout entier.

Denis Labrèche

Je suis Denis Labrèche. Présentement le Président de l’Association communautaire de Carlsbad Springs. Je vais prendre un rôle de Directeur au sein de notre Association lors de notre AGA du 17 septembre prochain. Après 15 ans comme Président j’ai décidé qu’il était temps d’avoir un nouveau Président! Je suis impliqué au niveau communautaire depuis plus de 15 ans. J’ai beaucoup d’expérience au niveau municipal suite à cette implication communautaire avec notre Association. Maintenant mon but (si je ne suis pas élu) est de concentrer sur notre projet de radio CJRO Radio et aussi ma petite entreprise (Pipernet Communications inc.) qui offre des services Internet haute vitesse dans notre secteur rural via un partenariat avec Rogers. En ce moment je suis un employé du gouvernement fédéral comme technicien en multimédia depuis 2006.

La communauté de Sarsfield à toujours été importante pour moi car mon père et mon grand-père sont natif du village. Mon père me parlais toujours de Sarsfield quand j’était jeune!

Mark Sharfe

I am a candidate that lives just outside the Cumberland boarder, on Ramsayville Road, just west of Anderson. As a result of this, i cannot vote for myself. I was a police officer for almost 30 years with the Ottawa Police. I have always kept our farm running, and presently have a small herd of beef cattle that I tend to. I am often over in Sarsfield at the Bourbonais Farm equipment business, picking up farm equipment parts.


Quels sont les enjeux principaux, selon vous, pour les communautés rurales et francophones de la ville d’Ottawa? Comment proposez-vous de gérer ces enjeux?

 

Yvette Ashiri

Les principaux enjeux des communautés rurales et francophones sont d’abord;

  1. La réduction des inondations résultant du ruissellement printanier est importante tout en protégeant les zones humides et la faune.
  2. La sécurité et un meilleur maintien des routes et des chemins
  3. L’amélioration des transports en commun avec l’extension du train léger donnerait aux résidents une meilleure flexibilité.
  4. La capacité de maintenir le mode de vie au milieu du changement et de la croissance en évolution. La beauté et la tranquillité du village de Cumberland et Sarsfield sont des éléments clés de cet environnement. Aussi, maintenir la nature historique de la zone et tirer parti des progrès déjà entrepris par les archivistes communautaires.

 

Si le développement économique est une préoccupation inquiétante, il est essentiel à l’amélioration et au maintien des services publics. Cela doit être équilibré, réfléchi et écologiquement durable.

Lyse-Pascale Inamuco

Les communautés rurales n’ont pas assez de poids autour de la table du conseil municipal, ce qui fait que leurs enjeux ne sont pas prioritaires et cela les frustre et leur fait sentir comme pas assez important. Par exemple, les communautés rurales de notre quartier Cumberland font face à des enjeux comme la sécurité routière à cause d’excès de voiture et de voitures qui dépassent par impatience, le maintien des rues, l’accès aux services d’autobus, l’absence d’égouts, l’accès à un service d’un internet à haute vitesse surtout dans notre nouveau normal où nous sommes dépendant d’internet, et Hydro One alors que les résidents ruraux devraient être transférés sur Hydro Ottawa (et je compte poursuivre la négociation avec la province une fois élue).

Les communautés francophones demandent l’accès à l’information en français et se retrouvent mal pris par des temps d’attente assez long au téléphone, et des fois en personne, comparé aux services en anglais. Aussi, le service en français ne devrait pas juste s’arrêter aux comptoirs des bureaux de la Ville. OC Transpo devrait s’assurer que les chauffeurs d’autobus offrent de l’information dans les deux langues officielles, par exemple, pour s’assurer que tout passager demandant une question ou de l’information au chauffeur puisse être compris et répondu dans la langue de leur choix, pour d’autres leur seule langue parlée. Nous avons également besoin de services en français dans les résidences d’aînés et les ambulances. Aussi, les organisations francophones qui offrent des services, programmes ou font un travail très bénéfique à la communauté francophone d’Ottawa ne reçoivent pas assez de financement pour maintenir leurs services.

En tant que votre conseillère municipale, je veux aussi être la voix des francophones et des minorités, car je sais ce que c’est de se sentir pas assez important ou pris sur le même pied d’égalité. Je partage ce sentiment avec les communautés francophones et les communautés rurales que je désire représenter et défendre. Je propose de ramener ces enjeux sur la table pour demander une étude d’actions concrètes. Je vais monter un front avec les autres conseillers ayant les mêmes enjeux à cœur.

Catherine Kitts

L’un des enjeux dont j’entends continuellement parler est le manque d’accès à des ressources en français, je souhaiterai donc garantir l’offre de services en langue française. Notamment, en ayant recours à des salutations bilingues au lieu d’assumer que les résidents peuvent être desservis en Anglais.
Je voudrais aussi une bonification des services de garde en langue française ainsi qu’à plus de ressources et livres en langue française à la BPO.
Finalement, vivant dans une communauté rurale moi-même, je comprends les frustrations et les défis auxquels font face les résidents lorsqu’ils tentent d’avoir accès à l’internet. Surtout pendant cette pandémie, alors que travailler de la maison peut faire la différence, il est primordial que notre accès à l’internet haute-vitesse soit équitable pour tous les résidents.

Denis Labrèche

Les gros enjeux sont le maintien des services en français pour nos communautés ruraux et aussi la qualité de ses services. Je planifie réviser les services offerts par la Ville dans l’est d’Ottawa et de vérifier ce qui pourra être améliorer dans les divers villages (infrastructures, services, communautaires, etc..). Un gros enjeu aussi est la possible amalgamation du quartier de Cumberland avec celui de Osgoode, ce qui pourrait être nocif pour plusieurs services et pour nos villages francophones. Mon opinion est de ne pas mettre Cumberland avec tout Osgoode.

Mark Sharfe

The properties that have their own wells and/or septic systems should never have been burdened with a « Storm water tax ». This was forced through the municipal act, and should never have been forced on the rural people. Stormwater in rural is addressed through the Drainage act of Ontario, and if elected, i will scrap this tax.


Comment proposez-vous représenter les intérêts des communautés rurales et francophones de la ville d’Ottawa?

Yvette Ashiri

J’ai grandi durant une partie de mon enfance en France rurale. Bien que complètement trilingue, je suis francophone et dans une société mondiale en pleine expansion, je défendrai la capacité des francophones de recevoir un niveau égal de services et ses améliorations dans les langues officielles du Canada tel que stipulé dans la Loi sur les langues officielles et conformément à la Charte canadienne des droits et libertés.

En ce qui concerne les communautés rurales, si elles sont absorbées dans le développement, les terres agricoles, les espaces récréatifs et l’équilibre écologique de nos communautés ne survivront pas pour les générations à venir. Ma promesse si je suis élue pour représenter Cumberland (quartier 19) serait de veiller à ce que des changements irréversibles ne se produisent pas.

Lyse-Pascale Inamuco

Mon premier rôle en tant que votre conseillère sera d’être votre voix. Tout commence par présenter les enjeux sur la table pour considération et plaider pour que ces dossiers soient traités. Mon travail de plaidoyer dans la communauté m’a préparé à cela. Également, je vais utiliser mes capacités à créer des partenariats et alliances. Je vais travailler en partenariat avec d’autres conseillers municipaux formant une coalition et d’autres conseillers pour les rallier à nos causes. Voici un aperçu de ce que j’aimerais accomplir comme votre représentante à la Mairie:

  1. Je vais veiller à faire entendre la voix des résidents du milieu rural lors des discussions sur les changements des limites de quartiers afin de s’assurer que leur voix est entendue et leur position défendue,
  2. Je vais présenter une motion pour une deuxième ronde de négociations avec la province afin de trouver une entente favorisant le transfert des clients d’Hydro One vers Hydro Ottawa,
  3. Je vais intégrer, dès le départ, le coût de l’interprétation simultanée et de la traduction dans les budgets des projets,
  4. Je vais veiller à ce que la ville soit plus transparente en ce qui concerne les statistiques sur le bilinguisme et s’assurer qu’OC Transpo atteigne son objectif d’embaucher 25% de chauffeurs d’autobus bilingues,
  5. Aussi, il faut s’assurer que les perspectives francophones sont incluses dans la phase de planification de chaque programme et politique de la ville.

 

Catherine Kitts

Étant résidente de Navan et ayant des racines Franco-Ontariennes, je pense être bien placée pour défendre les intérêts des communautés francophones et rurales au conseil municipal. Cela étant dit, je ne peux pas représenter les résidents sans leur engagement. C’est pourquoi je m’engage à être une conseillère accessible, proactive et à l’écoute.

Après maintes conversations avec des résidents des zones rurales, je les joins dans leur opposition aux propositions actuelles quant à la délimitation des quartiers, car celles-ci nuiraient à la représentation des communautés francophones et rurales. Ceci est particulièrement préoccupant cette année, alors que des décisions difficiles approchent concernant les budgets et services. Ces communautés cruciales ne peuvent pas continuer d’être sous-représentées.

Les producteurs agricoles locaux me tiennent à cœur; appartenant, moi-même, à une famille d’agriculteurs. Je crois que la ville peut offrir plus de support aux agriculteurs. Je veux que l’économie locale fleurisse grâce à la croissance des infrastructures, la sensibilisation au tourisme rural, la réduction des obstacles bureaucratiques aux petites entreprises, des initiatives de commerce local et des chaînes ’approvisionnement plus efficaces pour les commerces locaux.

Ayant cogné à des milliers de portes, j’ai aussi entendu que cibler les chauffards et la vitesse sur les rues résidentielles et les villages ruraux est une priorité, et que les résidents désirent plus de mesures de modération du trafic afin de garder nos familles en sécurité.

Finalement, plusieurs des rues de nos communautés rurales sont dans un état pitoyable. Il nous faut investir dans l’infrastructure existante et s’assurer que les ressources de la ville sont déployées
d’équitable, dans les zones rurales comme dans le reste de la ville.

Denis Labrèche

En donnant la bonne exemple et en utilisant le français lors de présentation au Conseil de Ville régulièrement et aussi en s’assurant que les résidents reçoivent de la documentation et leur communication avec le bureau du Conseiller dans la langue de leur choix

Mark Sharfe

The main reason I am running in Cumberland, is that I feel very strongly that this council and the Mayor have over-stepped their authority, by implementing a bylaw that forces the doors closed of many of our businesses. Section 6 of the Charter of Rights guarantees that every person in Canada has the right to « gain a livehood » in any province in the country.  It is my opinion that this section has been breached by this council, and I will be making this one of my main platform planks. The Charter also addresses remedies when charter rights have been breached, and i will demanding compensation by the municipal government for damaged caused to businesses.


Quels sont les priorités budgétaires pour les communautés rurales et francophones de la ville d’Ottawa?

Yvette Ashiri

Le budget de la ville pour les communautés rurales et francophones sera voté en novembre prochain.  Si je suis élue, je proposerais et voterais pour plus d’opportunités économiques pour les agriculteurs afin qu’ils puisent vendre leur produit à travers Ottawa et plus d’investissement pour assurer qu’il y ait plus de programme en français et l’amélioration des services qui existe en français.

Lyse-Pascale Inamuco

En raison des conséquences financières de la COVID-19, nous allons devoir prendre de sérieuses décisions dans le cadre du prochain budget 2020-2021. Comme conseillère municipale, je me battrai pour que les services sociaux pour les régions rurales et pour les francophones continuent d’être correctement financés dans le budget 2020-2021. Nous ne pouvons pas nous permettre de nuire à nos populations les plus vulnérables alors que nous nous remettons de cette pandémie.

Catherine Kitts

Les priorités énumérées en réponse à la question 3 sont où nous devrions investir afin de supporter les communautés francophones et rurales. Cela étant dit, je crois qu’il faut garder la vie abordable et ne pas hausser les taxes afin de faire face au déficit. C’est un fardeau qui affecte disproportionnément les gens vulnérables et communautés rurales du Quartier. Alternativement, je crois qu’il faut rationaliser les services, accroître l’utilisation des technologies dans les interactions avec les résidents et trouver les inefficacités dans nos processus actuels afin de couper dans les dépenses irresponsables.

Denis Labrèche

Certainement le maintien surtout avec l’incertitude qu’à causer la pandémie cela est important. Possiblement une étude (plutôt un sondage) pour déterminer les besoins dans chaque communauté ruraux du quartier pour vérifier si il y a des besoins et pour améliorer certains services ruraux (bibliothèques, internet, services d’autobus, centre communautaire, routes, trottoirs, etc).

Mark Sharfe

Good roads and internet services are always a top priority for Rural folks. I will also be implementing the following platform planks:

  1. back to weekly garbage pickup, no limit on the bags
  2. Cancel the ridiculous and costly green bin program
  3. Within the city of Ottawa, Properties serviced with Hydro One will be transferred to Ottawa Hydro

If we get rid of some of these ridiculous programs, I am hoping that there will be a reduction in your taxes.


 

Quelle est votre position suite aux options proposées pour la division et l’amalgamation de notre quartier par la ville d’Ottawa?

Yvette Ashiri

La fusion d’Osgoode avec Cumberland signifie une diminution de la représentation rurale et la création d’un quartier plus grand qui rend la prestation de services plus difficile. Ma priorité est de m’assurer que les résident-es de toutes les zones du quartier soient bien représentés, ce que cette option ne fait pas. En outre, il est essentiel que les voix des résident-es soient entendues au cours du processus, ce qui n’est pas le cas actuellement. Avec COVID-19, les gens se sont concentrés sur l’adaptation à une nouvelle réalité et prendre soin d’eux-mêmes et  de leurs proches. Il est très regrettable que ces conversations n’aient pas atteint pleinement la population visée.

En fin de compte, je pense que la décision de repenser les limites urbaines devrait tenir compte du fait qu’il faut trouver le bon équilibre entre la segmentation de la population et le respect de l’histoire et patrimoine de la communauté. Par conséquent, je ne suis pas en faveur des options proposées et suggérerai que la Ville reconsidère et mette une pause au processus de l’expansion urbaine.

Lyse-Pascale Inamuco

Comme beaucoup de résidents et résidentes, j’ai été déçue du manque de consultation de la Ville d’Ottawa sur cette importante question. Lors de la première ronde de consultations, la ville a reçu des commentaires sur les changements de révision des limites de seulement 483 personnes et seulement 24 personnes du quartier Cumberland! Il est encore plus malheureux que cette décision soit avancée alors que les résidents et résidentes de Cumberland sont sans représentation au conseil depuis près de 6 mois.

Lorsque je frappe aux portes des résidents ruraux, j e les entend dire que les 6 options proposées ne fonctionnent pas pour eux parce que Osgoode a ses propres problèmes, parce qu’ils ont l’impression qu’ils seront simplement engloutis par ce grand quartier, le budget ne sera pas haussé pour desservir les résidents ruraux de Cumberland ou entretenir leurs routes. Certains résidents craignent particulièrement que la forte communauté francophone de ce quartier soit perdue.

Nous devons avoir plus de contribution des résidents ruraux sur cette question cruciale. Toute décision concernant la fusion de la partie rurale du quartier avec le quartier Osgoode doit être prise en fonction de ce que veulent les résidents ruraux de Cumberland. Les résidents ruraux n’obtiennent pas les services que leurs impôts devraient couvrir. J’encourage les résidents des régions rurales du quartier Cumberland à faire entendre leur voix lors des prochaines séances de consultation de la ville. De plus, j’aimerais connaître votre point de vue sur cette question. Partagez votre opinion avec moi à info@lysepascale.ca. Je veux obtenir le plus de commentaires possible des résidents. Si je suis élue, je suis prête dès le premier jour à faire part de ces préoccupations au conseil municipal lorsque nous discuterons de la révision des limites du quartier en décembre. Je serai votre voix, une voix forte, à la table du conseil.

Catherine Kitts

J’y suis opposée pour deux raisons principales :
1) Elles mèneront à la perte de représentation rurale au conseil (passant de 4 à 3 conseillers)
2) Elles fusionneront le Quartier de Cumberland, avec une large population francophone, à un Quartier à large majorité anglophone. Ceci pourrait réduire, lors de futures élections, l’importance donnée au bilinguisme, mettant ainsi la communauté francophone de Cumberland à risque de perdre sa représentation.

Contrairement aux options présentées au conseil, je crois qu’il devrait y avoir un nombre accru de Quartiers joignant banlieues aux zones rurales afin d’augmenter la représentation des intérêts ruraux au conseil et de rendre nos Quartiers plus dynamiques et représentatifs de la population de la ville. Comme vous pouvez le voir dans mon intervention par vidéo (publiée sur Facebook ici) et mon billet de Blog ici, je crois que Cumberland et la communauté rurale a été exclue de cette cruciale conversation. Nous devons faire pression afin d’avoir une meilleure option. J’ai reçu d’innombrables courriels et plus de 28 réponses documentées de la part de résidents qui sont insatisfaits des options actuelles et ressentent le besoin d’avoir une promotion plus efficace de leurs intérêts, je veux être cette voix forte afin de ramener Cumberland à la table du Conseil Municipal le 5 Octobre.

Denis Labrèche

Tel que mentionner, je n’appuie aucune des options en ce moment. Le status quo n’est pas possible car en ce moment le secteur urbain du quartier prends toute la place et le temps du Conseiller, donc on doit trouver un compromis. Une solution est de garder une partie du secteur urbain pour garder la population raisonnable à 25000-30000 au lieu de 45000+ en ce moment. Jumeler avec Osgoode va nuire à la base et la population francophone (38%) du quartier donc c’est pas une question facile. J’espère que les résidents ruraux pourront participer aux discussions au sujet de la nouvelle structure des divers quartiers en cours présentement. Je suis aussi curieux de connaître votre opinion et des solutions? Svp partager si possible.

Mark Sharfe

My position is that it is more important that the number of city councillors be cut in half.  It is very hard to manage a city with that number of people, no matter what the boundries are.   I feel very strongly that these issues are so important …….for everyone, city wide…..that i will do this job for one dollar  a year.  i do not need a job, but as a former police officer,  I will not stand aside and let this council trample on charter rights of our barbers, restaurant owners, retail stores, and everyone else that was forced to shut down their businesses.

 

 

 

Laisser un commentaire