Élections municipales de 2022

Nous avons soumis les questions suivantes aux candidat.e.s au poste de conseillère du quartier Navan-Orléans sud de la ville d’Ottawa et au poste de maire pour la ville d’Ottawa.

Malheureusement, nous n’avons reçu que deux réponses, soit Yvette Ashiri pour le poste de conseillère , et Catherine McKenney pour le poste de maire.

Catherine McKenney

  1. Quels sont les enjeux principaux, selon vous, pour les communautés rurales de la ville d’Ottawa? Comment proposez-vous de gérer ces enjeux et représenter les intérêts des communautés rurales de la ville d’Ottawa?

J’ai un plan pour l’ensemble de la ville d’Ottawa, et bien que plusieurs de mes grandes promesses, comme le logement abordable, rendront la vie abordable dans les zones rurales et urbaines, je répondrai aussi directement aux besoins uniques de notre population rurale, y compris Sarsfield. 

À la mairie, je travaillerai avec les membres de la communauté pour réduire les risques de tempêtes, d’inondations et d’autres dommages liés à la météo. Nos communautés rurales ont été durement touchées par les événements météorologiques au cours des dernières années. 

Je sais que de nombreux résidents ruraux ne comptent que sur leur voiture pour se déplacer. En tant que maire, je donnerai la priorité à l’entretien adéquat de nos routes existantes plutôt qu’aux projets d’élargissement des routes au centre-ville et dans les banlieues. 

Je prévois également d’investir dans le développement de la demande et de l’offre d’aliments produits localement. À cette fin, je travaillerai avec les fermiers locaux pour développer une politique agricole renouvelable.

Dans ma plateforme, il y a bien d’autres choses qui s’appliquent aux défis auxquels sont confrontés les résidents ruraux.

  1. Quels sont les enjeux principaux, selon vous, pour la communauté francophone de la ville d’Ottawa? Comment proposez-vous de gérer ces enjeux et représenter les intérêts de la communauté francophone de la ville d’Ottawa?

Durant mes huit années au conseil municipal, j’ai défendu les droits et services des francophones. J’appuie depuis longtemps le mouvement pour faire d’Ottawa une ville officiellement bilingue. Les enjeux principaux pour la communauté francophone sont l’accès aux services municipaux en français, tels que les loisirs, les bibliothèques, l’accès au service 311, ainsi que les services auprès des personnes âgées afin qu’elles puissent vieillir dans leur communauté. 

Ma plateforme propose un audit des services municipaux en français afin de s’assurer que l’offre active pour les services en français est présente et que les services répondent aux besoins des francophones. La Ville d’Ottawa se fie aux données sur les services actuels pour évaluer la demande de services en français. Cependant, il arrive souvent que les francophones utilisent les services en anglais parce qu’ils sont plus accessibles. Les francophones méritent d’être servis avec la même efficacité que les anglophones. C’est une question d’équité. À la mairie, je travaillerai en étroite collaboration avec les organismes francophones et les membres de la communauté.

Il est important pour moi de m’assurer qu’il fait bon vivre à Ottawa, dans les deux langues officielles.

  1. Quels sont vos priorités budgétaires pour les communautés rurales de la ville d’Ottawa?

Mes priorités budgétaires immédiates sont de maintenir les impôts fonciers à un niveau bas tout en répondant aux besoins uniques de toutes nos communautés rurales, de réduire les risques de dégâts aux propriétés et à la sécurité posés par les événements météorologiques, notamment en prenant des mesures climatiques audacieuses, d’entretenir correctement nos routes existantes et d’augmenter le soutien municipal aux services sociaux. 

  1. Comme vous le savez, certains quartiers de la ville d’Ottawa et en particulier le village de Sarsfield a été grandement touché par la tempête Derecho du 21 mai dernier. Plusieurs citoyen.ne.s n’ont toujours pas de nouvelles de leurs assureurs ou attendent que des travaux soient commencés ou complétés. Quelle est votre plan concernant la gestion des dommages de la tempête Derecho du 21 mai dernier en particulier pour le village de Sarsfield et les environs étant donné que l’hiver approche à grand pas?

Je comprends que Sarsfield ainsi que d’autres communautés aient été durement touchées par la tempête Derecho. Cette tempête a profondément ébranlé les gagne-pain de nombreuses familles, en particulier dans les communautés agricoles.  Je comprends aussi que plusieurs attendent des réclamations d’assurance ou espèrent recevoir de l’aide du Programme d’aide aux sinistrés pour la reprise après une catastrophe pour les Ontariens (le Programme). Comme vous le savez, le Programme a un hic : La province doit désigner spécifiquement les juridictions qui sont admissibles à l’aide. Ottawa n’a pas été désignée alors que d’autres communautés l’ont été. Le 8 juin, le conseil municipal d’Ottawa a approuvé un plan visant à écrire à la province pour demander qu’Ottawa soit désignée pour l’aide du Programme, mais il n’a toujours pas reçu de réponse. Et encore une fois, le 21 septembre, les conseillers municipaux, dont moi-même, ont voté pour exercer des pressions sur la province à ce sujet. J’ai les compétences, l’expérience et le dynamisme nécessaires pour obtenir des résultats de la province sur cette question.

En tant que maire, je fournirai des ressources aux propriétaires, aux locataires et aux autres propriétaires de bâtiments afin de réduire les risques de dommages liés aux phénomènes météorologiques. De plus, je travaillerai à fournir des services d’intervention d’urgence adaptés aux événements météorologiques extrême.

Yvette Ashiri

 

1. Quels sont les enjeux principaux, selon vous, pour les communautés rurales de la ville d’Ottawa? Comment proposez-vous de gérer ces enjeux?

• L’accaparement des terres agricoles par les développeurs immobiliers et ses impacts sur la sécurité alimentaire

• La capacité de maintenir leur mode de vie au milieu du changement et de la croissance en évolution. La beauté et la tranquillité des villages de Cumberland et Sarsfield sont des éléments clés de cet environnement. Aussi, maintenir la nature historique de la zone et tirer parti des progrès déjà entrepris par les archivistes communautaires.

• La réduction des inondations résultant du ruissellement printanier est importante tout en protégeant les zones humides et la faune.

•  L’amélioration des transports en commun avec l’extension du TLR donnerait aux résidents une meilleure flexibilité.

• Si le développement économique est une préoccupation inquiétante, il est essentiel à l’amélioration et au maintien des services publics. Cela doit être équilibré, réfléchi et écologiquement durable

• La taxe sur les eaux pluviales

• Des projets d’infrastructures laissés pour abandon depuis de nombreuses années et des routes abîmées.

• Les installations septiques versus les égouts municipaux

Je propose :

• d’explorer l’idée de subventions pour le transfert des terres afin d’aider à maintenir les fermes sur plusieurs générations.

• Élaborer une stratégie alimentaire locale pour donner à nos agriculteurs plus d’occasions de fournir des aliments aux résidents.

• Veiller à ce que les résidents ruraux bénéficient davantage des services municipaux qu’ils paient déjà par leurs impôts.

• Mettre fin à la taxe sur les eaux pluviales

2. Quels sont les enjeux principaux, selon vous, pour la communauté francophone de la ville d’Ottawa? Comment proposez-vous de gérer ces enjeux et représenter les intérêts de la communauté francophone de la ville d’Ottawa

• L’inégalité des services en français proposés par la ville . Il est primordial que chaque résident-e soit servi dans la langue de leur choix surtout lorsqu’il s’agit des services de santé, éducation et policier

• La disparition de l’héritage culturel et linguistique de la langue française

• J’ai grandi en France rurale, je suis francophone et je défendrai la capacité des francophones de recevoir un niveau égal de services et ses améliorations dans les langues officielles du Canada tel que stipulé dans la Loi sur les langues officielles et conformément à la Charte canadienne des droits et libertés.

• En ce qui concerne les communautés rurales, si elles sont absorbées dans le développement, les terres agricoles, les espaces récréatifs et l’équilibre écologique de nos communautés ne survivront pas pour les générations à venir. Ma promesse solennelle si je devais être élue pour représenter le quartier 19, Orléans-Sud-Navan serait de veiller à ce que des changements irréversibles ne se produisent pas.

3. Quelles sont les priorités budgétaires pour les communautés rurales et francophones de la ville d’Ottawa?

Je n’ai pas eu connaissance des budgets actuellement,

 

4.Comme vous le savez, certains quartiers de la ville d’Ottawa et en particulier le village de Sarsfield a été grandement touché par la tempête Derecho du 21 mai dernier. Plusieurs citoyen.ne.s n’ont toujours pas de nouvelles de leurs assureurs ou attendent que des travaux soient commencés ou complétés. Quelle est votre plan concernant la gestion des dommages de la tempête Derecho du 21 mai dernier en particulier pour le village de Sarsfield et les environs étant donné que l’hiver approche à grand pas?

• Une fois élue, je prendrais rendez-vous avec Mr. Ford afin d’exiger l’octroiement du fond d’assistance d’urgence aux citoyen-nes qui ont été affectés par la tempête

• Je travaillerais avec les collèges en Ontario spécialisés dans la construction et la rénovation afin de solliciter de la main d’oeuvre  

Distribution d’arbres gratuits

L’Association communautaire de Sarsfield est fière d’organiser un distribution d’arbres indigènes en partenariat avec Ecologie Ottawa! 

Où : Centre communautaire de Sarsfield – 3585 chemin Sarsfield 

Date : dimanche 16 octobre 2022 

Heure: 10h00 à 14h00 

Veuillez noter: 

  • Les jeunes arbres seront distribués selon le principe du premier arrivé, premier servi 
  • Veuillez apporter vos propres sacs et contenants. Les jeunes arbres mesurent 6″-18″. 
  • Les limites des semis par ménage seront décidées lors de l’événement et dépendent de la disponibilité des arbres. Nous estimons des limites allant jusqu’à 25 jeunes plants par ménage. 
  • La liste des espèces sera publiée la semaine prochaine. Restez à l’écoute
  • Aucune pré-inscription requise

Événement Facebook